port_lyon01
French flag   UK flag
b_accueil b_parcours b_liens b_albums b_technologies
Valideur 01
  • Introduction
  • Billets papier
  • Billets magnétiques
  • Cartes sans contact
  • Liens utiles

Des supports de billet variés pour tous les besoins

Les supports de billets sont nombreux du papier au téléphone portable en passant par le carton léger, les jetons en différents matériaux, le carton avec piste magnétique, le plastique avec ou sans piste magnétique, le carton ou papier avec code à barres, la carte à puce à contacts, la carte à puce sans contact, le jeton à puce sans contact, le SMS et peut-être d'autres encore que j'ai omis de lister.

Au delà de la fonction première qui est la preuve d'achat d'un service de transport, ils servent bien d'autres besoins du réseau de transport et principalement le besoin d'information. Le choix de la technologie est donc très important et il convient de se poser les bonnes questions avant de se décider: gardez présent à l'esprit que c'est vous qui faites un choix et que ce n'est pas la technologie qui dicte ses contraintes en vous imposant des changement dans vos méthodes de travail.

Les autres onglets font un tour d'horizon généraliste des possibilités offertes par chacune des technologies disponibles. Pour chaque technologie un tableau de caractéristiques souligne les points à ne pas manquer:

CARACTERISTIQUES DEFINITION
Vente manuelle Se définie par une vente de billets sans intervention de machine: les billets sont vendus manuellement par les agents
Vente automatique Les billets sont vendus par des machines automatiques soit à partir de billets pré façonnés soit à partir d'un stock de support permettant la fabrication du billet dans la machine de distribution. Les machines les plus complètes acceptent des paiement par pièces, billets de banque et cartes de crédit.
Vente semi-automatique Les billets sont vendus par un agent qui utilise une machine pour émettre le titre. C'est l'agent qui gère le paiement.
Validation/Compostage Opération permettant d'activer la validité du billet pour le déplacement sur le point de débuter. Cette opération sera aussi utilisée pour vérifier la validité du billet lors des correspondances ou montées successives en cas d'abonnement.
Inspection Opération faite par un agent (l'inspecteur) qui va déterminer si le billet contrôlé est valable ou non à cet endroit du réseau. C'est soit un contrôle visuel, soit un contrôle avec une machine soit les deux à la fois.
Fraude La fraude est un soucis universel et ses formes dépendent des technologies utilisées pour les billets.
Multimodalité, Transférabilité C'est la possibilité pour le passager d'utiliser, dans un même trajet, des moyens de transport différents avec le même billet. Si il y a plusieurs opérateurs différents, une caractéristique dite multi-opérateur viendra s'ajouter sachant que pour l'usagé c'est totalement transparent.
Impression Plusieurs technologies sont utilisées: impact, thermique et même de type "tampon" pour les systèmes les plus anciens.
Prix Coût d'achat des billets

Le mot billet sera utilisé par la suite pour désigner tous les types de support: papier, carton, carton magnétique, carte à puce, carte à puce sans contact, SMS.

Les billets à base de papier ou de carton léger sont les plus anciens. Ils sont encore très présents dans de nombreux réseaux, seuls ou en association avec d'autres technologies plus modernes. Leurs atouts billettiques sont très limités mais il ne faut pas les écarter par principe.

Le billet papier

Si le billet correspond à un trajet sans aucune correspondance, cette technologie est idéale et très peu chère. L'exploitant a le choix entre la solution des billets pré-imprimés conditionnés en carnet à souche ou celle d'une machine émettrice ayant la capacité d'imprimer le billet au moment de la vente de celui-ci.
Le billet papier ne permet pas de mettre le contrôle automatique en oeuvre, l'inspection s'effectue à vue et, en général, l'inspecteur effectue un marquage au moyen d'une pince plus ou moins sophistiquée.

Lorsque le billet est émis par une machine émettrice, il est enregistré par la machine et des données relatives à la vente peuvent être utilisées facilement par la suite au moyen d'un ordinateur avec un logiciel adapté. Ce genre de billet est encore très utilisé lorsqu'il n'est pas nécessaire de fournir une Transférabilité automatique avec d'autres moyens de transport.

Le développement du concept d'inter modalité met à mal la technologie du billet papier qui rend la connexion entre les modes et les réseaux de transport un peu laborieuse. En effet, les règles de correspondances peuvent s'avérer complexes et l'application des accords de partage des revenus a besoin d'automatisme pour être efficace. Eviter les difficultés entre les différents acteurs du transport est une priorité.

Le billet en carton léger (cartonnette)

Si le billet papier peut être utilisé pour les billets unitaires des zones urbaines et pour les billets des routes interurbaines, le billet en cartonnette permet de gérer des titres plus élaborés comme le billet multivoyage avec des équipements de compostage mécaniques. Chaque validation donne lieu à une ligne d'impression et/ou au grignotage d'un coin du billet qui permet le repérage pour le voyage suivant. Bien entendu, ce genre de dispositif ne permet pas d'élaborer un vrai système et les contrôles restent manuels ainsi que les correspondances.

Tous les billets sont contrôlés à vue et les statistiques de trafic sont assez rudimentaires en se limitant à du comptage. Les seules "vraies" données de fréquentation sur lesquelles peut compter l'exploitant sont celles obtenues au travers d'enquêtes faites auprès des usagers.

Avec la vulgarisation des moyens informatiques puissants, tous ces types de billets qui ne font appel qu'à des technologies d'impression, sont très sensibles à la fraude. Un système fraudé est toujours un système qui pose de vrais problèmes aux exploitants

Caractéristiques
Billets papier et cartonnette
Vente manuelle Oui
Vente automatique Oui
Vente semi-automatique Oui
Validation/Compostage Pas d'automation possible avec les billets papiers. En revanche, les billets en cartonnette peuvent êtres imprimés et découpés/grignotés
Inspection A vue seulement
Fraude

Plus le billet est simple plus il est fraudable: le développement de l'informatique à mis des moyens très performants à la portée du plus grand nombre. Ces technologies sont très fraudables.
De nombreuses techniques d'impression sécurisées, s'apparentant à la fabrication des billets de banque, sont disponibles mais le coût devient rapidement prohibitif.

Multimodalité, Transférabilité Cette technologie ne permet pas une automation de ces fonctions. Le contrôle à vue des correspondances est trop lourd pour envisager un système moderne qui serait basé sur cette technologie.
Impression Les trois technologies d'impression sont employées pour ces billets avec une tendance majoritaire pour l'impact sur la cartonnette et le thermique pour les billets papier émis par des machines.
Prix La palette de prix pour ces billets est assez large en allant du prix du papier pour les plus simples à des prix beaucoup plus élevés pour les mieux sécurisés. D'une manière générale, pour les grandes quantités, le prix devient proportionnel à la surface et à l'épaisseur du billet.

Exemples de billets

Billets RATP 01
Vieux billets du métro de Paris (cartonnette)
billet 01
Multivoyage Munich à base de cartonnette pour compostage mécanique

Prague (papier sécurisé)

Prague 01Prague (papier sécurisé)

Santiago Amérique latine: chaque société de bus a son billet (papier)

Carte multiv
Carte à grignotage à Naple (cartonnette)

Multi02

Multivoyage à valider après l'avoir plier (cartonnette)

TickPolonais

Billets Polonais (papier)

Prague01 _Prague02

Avec et sans correspondance (papier)

Billet papier

Billet papier émis par un pupitre chauffeur

Africain

Billet Africain (papier)

PekinBus

Bus de Pékin (papier)

Malta_Malta2

Malte (papier)

Sofia

Sofia (papier)

 

donne

 

Le billet magnétique fait son apparition au milieu des années 60. C'est la première version de ce que l'on peut appeler un billet "intelligent". Il permet un contrôle automatique des passagers dans les transports en commun de type métro: les accès aux quais sont contrôlés par des barrières automatiques à tourniquet qui utilisent les données contenues sur la piste magnétique pour déterminer la validité du titre. Il est utile ici de se souvenir qu'à cette époque, le PC n'a pas encore été inventé et que le monde des ordinateurs en est à ses débuts. Les premiers systèmes de contrôle sont simplement basés sur la lecture d'une fréquence codée sur la piste magnétique. Puis on passera au message de données codées en NRZ ou en split phase avec une densité ne dépassant pas les 1,5bit/mm et une coercitivité dite basse (300 oersteds).

Ces billets se présentent sous deux formats principaux: l'Edmonson (30x66mm) avec piste magnétique centrale et le format ISO (85x54mm) avec une piste magnétique centrale ou en position ISO. La position de la piste détermine le nombre de sens d'introduction dans les lecteurs: seule la position centrale ouvre la possibilité d'introduire dans tous les sens.

D'autres formats non standard sont également utilisés comme à Mexico avec un billet magnétique de 31 x 55mm.

Le format EDMONSON

Historiquement, c'est le premier a être utilisé en 1968 par le métro de Paris ou il remplace le traditionnel billet carton du même format immortalisé par Serge GAINSBOURG dans sa chanson le poinçonneur des Lilas.

C'est un format toujours employé aujourd'hui: son prix est très compétitif même en haute coercitivité (2500 à 3000 oersteds) et il supporte une densité de codage jusqu'à 3 bits/mm.

Caractéristiques
Billets magnétiques Edmonson
Vente manuelle Oui
Vente automatique Oui
Vente semi-automatique Oui
Validation/Compostage Les billets sont validés par des valideurs au sol ou embarqués qui re codent et impriment le titre en fonction des règles programmées. L'impression s'effectue généralement de façon longitudinale sur une ligne d'une trentaine de caractères: ceci permet une bonne vitesse de traitement.
Inspection A vue en lisant le message imprimé et/ou en utilisant un lecteur/décodeur permettant de lire et d'afficher le contenu de la piste magnétique et de l'afficher en clair.
Fraude

La fraude est possible principalement par duplication du contenu de la piste magnétique. Il est nécessaire de mettre des fonctionnalités anti fraude au niveau système central pour détecter la fraude et pouvoir prendre les dispositions adéquates.
Bien entendu, cette fraude ne peut être pratiquée que par des "techniciens" et la haute coercitivité est plus difficile à frauder que la basse coercitivité.

Multimodalité, Transférabilité Cette technologie permet l'automatisation de ces fonctions. De nombreux réseaux utilisent ces possibilités depuis plus de 20 ans.
Impression Les trois technologies d'impression sont utilisées avec des combinaisons utilisant l'impression thermique pour la vente et l'impression à impact pour la validation. Le temps d'impression est un critère important du choix en particulier au moment de la validation.
Prix Aux alentours d'un centime d'euro par quantité.

Le format carte de crédit

Ce format a fait son apparition au milieu des années 80 apportant une capacité de codage et d'impression plus importantes que le format Edmonson. On peut également souligner la capacité de ce format à véhiculer une image du réseau plus "marketing" que l'Edmonson et également de devenir un support publicitaire.

Caractéristiques
Billets magnétiques ISO
Vente manuelle Oui
Vente automatique Oui
Vente semi-automatique Oui
Validation/Compostage Les billets sont validés par des lecteurs/valideurs au sol ou embarqués qui recodent et impriment le titre si nécessaire. L'impression s'effectue généralement de façon transversale permettant l'impression d'une ligne par validation pour les titres multi-voyages. Logiquement, le process est plus lent que dans le cas de l'Edmonson.
Inspection A vue en lisant le message imprimé et/ou en utilisant un lecteur/décodeur permettant de lire et d'afficher le contenu de la piste magnétique en clair.
Fraude

La fraude est possible principalement par duplication du contenu de la piste magnétique. Il est nécessaire de mettre des fonctionnalités anti fraude au niveau système central pour détecter la fraude et pouvoir prendre les dispositions adéquates.
Bien entendu, cette fraude ne peut être pratiquée que par des "techniciens" et la haute coercitivité est plus difficile à frauder que la basse coercitivité.

Multimodalité, Transférabilité Cette technologie permet l'automatisation de ces fonctions. De nombreux réseaux utilisent ces possibilités depuis de nombreuses années.
Impression Les trois technologies d'impression sont utilisées avec des combinaisons utilisant l'impression thermique pour la vente et l'impression à impact pour la validation. Le temps d'impression est un critère important du choix en particulier au moment de la validation.
Prix Aux alentours de 2.5 centimes d'euro en quantité. En grande quantité, le rapport de coût entre l'Edmonson et l'ISO est celui du rapport de surface entre les deux formats.

Exemples de billets

Ratp01

Billets de la RATP, Edmonson BC

SET of mag

Collection de supports

Poignee de billet

Une poignée de titres

Bucarest

Bucarest, 10 voyages piste ISO

British rail

British rail, format carte de crédit à piste centrale

Dublin

Dublin, format ISO, basse coercitivité

Roma

Rome, format ISO

Lyon

Billet de Lyon, Edmonson HC

Barcelone

Barcelone, format ISO en HC

Newyork

Newyork format ISO

London01

Londres billet du jubilé

London02

Londres, format carte de crédit, piste centrale, basse coercitivité

RatpPoignee
Billets parisiens (Edmonson),
valables sur l'ensemble du réseau
Barcelone

Barcelone, format ISO, HC

Adelaide01

Billet Adelaide SA, Billet de groupe
Edmonson BC

Adelaide02

Billet Adelaide SA, Billet 10 voyages
Edmonson BC

Adelaide03

Billet Adelaide, design de 1987
Edmonson BC

Lyon_02

Billet à la journée de Lyon,
Edmonson HC

   

 

L'utilisation de la technologie sans contact est aujourd'hui devenu un réflexe pour tous les réseaux qui se posent la question de leur système billettique: l'ergonomie du geste est tellement bonne que l'on finirait par en oublier les fondamentaux!

La carte à puce sans contact fait son apparition au milieu des années 90 et devient rapidement l'alternative au billet magnétique.

La carte sans contact:

CLC

Sans vouloir trop entrer dans les détails techniques, un petit descriptif me paraît approprié pour mieux appréhender les enjeux.

La carte à puce sans contact échange des données avec un terminal sans qu'il soit nécessaire d'avoir une connexion physique comme dans les cas de la plupart des cartes bancaires françaises. L'énergie nécessaire pour que la puce électronique fonctionne provient du terminal lorsque ce dernier est en émission. La distance de fonctionnement est de 0 à 10cm suivant une demi-sphère en face du terminal.
Les toutes premières cartes étaient de simples mémoires que l'on a utilisées en transposant les données portées par les billets magnétiques (contenu et format).
La carte sans contact apporte un progrès indiscutable en termes de vitesse d'opération et d'aisance du geste de validation. Néanmoins tout n'est pas sans poser quelques problèmes. En effet, lorsqu'on traite un titre magnétique celui-ci reste "emprisonné" dans le valideur pendant tout le traitement alors que pour une carte sans contact le passager la garde en main pendant toute la transaction. Des précautions sont donc à prendre pour éviter la corruption des données au cas où la carte serait retirée avant la fin de la transaction et également définir les scénarios lorsque plusieurs cartes sont présentées en même temps.
Enfin, un autre élément essentiel concerne la sécurité pour éviter la fraude, en particulier le clonage des cartes.

L'évolution des cartes sans contact est rapide avec des performances qui ne cessent de croître. Les cartes actuellement disponibles permettent la mise en oeuvre de concepts qui étaient jusqu'à bien difficiles, voir impossible, à concrétiser efficacement:

  • multimodalité,
  • répartition précise des recettes,
  • tarification en fonction du point de départ et du point d'arrivée,
  • le multiservice: transport, piscine, bibliothèque, PME, etc...
   

Le champ d'application

On peut considérer que le transport public urbain est le terrain privilégié du sans-contact: des utilisateurs journaliers en grand nombre aux mêmes heures. La vitesse de transaction alliée au fait qu'il n'est pas nécessaire de sortir son titre de transport de son étui prend ici tout son sens, les autres technologies ne peuvent pas apporter ce genre d'avantages.
De grands réseaux sont d'ores et déjà équipés depuis plusieurs années: PARIS, HONG KONG, SINGAPORE, LONDRES, SHANGAI, VARSOVIE, BARCELONE, LYON, NICE, MONTPELLIER, PERTH, MILAN...etc...

La problématique de la grande majorité des réseaux de transport demeure le traitement des voyageurs occasionnels pour lesquels l'équation économique de la carte sans contact n'est pas toujours pas très favorable. Bien que des efforts importants aient été faits en direction du billet sans contact jetable, celui-ci reste à un prix très nettement supérieur au billet magnétique. De nombreux réseaux ayant fait le choix du 100% sans contact il y a quelques années sont aujourd'hui revenus en arrière en adoptant une solution mixte magnétique/sans contact ou papier/sans contact.

On entend souvent que le coût de la maintenance des systèmes magnétiques est prohibitif. Au contraire, je pense que cette technologie a toujours sa place et que les coûts d'entretien doivent prendre en compte les éléments suivants:

  • dans le cas d'un système utilisant à la fois le sans contact et le magnétique, il y a fort à parier que le nombre de passagers concernés sera de 10 à 20% (les coûts d'entretien sont directement fonction de l'utilisation)
  • aujourd'hui, on trouve sur le marché des équipments affichant une excellente fiabilité qui permettent des coûts d'entretien de l'ordre de 2% de l'investissement par an
  • une équipe de maintenance a un nombre plancher de techniciens qui ne dépend pas du travail à faire
  • le coût d'un titre magnétique (Edmonson) est environ 30 fois moins cher qu'un titre sans contact jetable (Juillet 2009)
  • les grands réseaux gardent leur magnétique....Paris doit faire face à quelque chose comme 850 millions de billets unitaires par an...

Typiquement, les cartes sans contact prennent tout leur sens lorsqu'elles portent des billets ayant une durée de vie supérieure à une journée.

Les différents types de cartes

Les différents types de cartes sans contact doivent se conformer à une norme internationale: l'ISO14443 (-1-2-3-4) vous pouvez trouver les textes de ces normes ici. Les principales cartes disponibles sont les suivantes:

  • Mifare 1K
  • Mifare 2K
  • Mifare DESFire
  • CD21
  • TanGo
  • FeliCa
  • Legic

C'est Mifare, pionnier de la technologie, qui reste aujourd'hui le plus populaire du marché avec plus de 1 milliard de puces vendues tous modèles confondus. La majorité concerne des cartes dont la puce ne comporte pas de micro processeur : la DESFire a été vendu à un peu plus de 3 millions d'exemplaires. On ne connaît pas les chiffres pour la CD21 et Tango, FeliCa de Sony a été vendu à 200 millions d"exemplaires. Legic, jusqu'à récemment spécialisé dans l'identification fait son entrée dans le transport public avec un accord avec Scheidt & Bachman, un des acteurs historiques de la billetterie automatique..

D'un point vue fonctionnel, les cartes peuvent également êtres munies de contacts comme une carte à puce classique. Cette interface à contact sera utilisée lors des opérations de vente pratiquées sur un terminal bancaire classique. Il va sans dire que ceci n'a de sens que pour les pays qui utilise les cartes à puce.

Les fabricants de puces sont NXP, Infineon, ST Microelectronics, Atmel, Fujitsu, Samsung, Toshiba.

Caractéristiques
Définitions
Vente manuelle Oui
Vente automatique Oui
Vente semi-automatique Oui
Validation/Compostage Les cartes sont validées par des valideurs au sol ou embarqués qui lisent et re codent la carte en fonction des règles programmées. Bien entendu, il n'y a pas d'impression de la carte qui reste le plus souvent dans le portefeuille ou dans le sac.
Inspection Elle n'est possible qu'en utilisant un lecteur permettant de visualiser le contenu. Pour accélérer le contrôle, il est recommandé de disposer d'un lecteur permettant de déterminer automatiquement si la carte présentée est valide ou non au point de contrôle considéré.
Fraude

La fraude reste possible pour les initiés disposant de matériel. Aujourd'hui (Juillet 2009), il n'y a qu'un cas significatif recensé sur la technologie Mifare Classic qui, bien entendu est la plus utilisée (voir les liens ci-dessous). Les risques principaux sont le clonage de carte et la recharge frauduleuse, il est donc impératif que le système central permette de détecter le phénomène et de disposer de moyens pour l'éradiquer rapidement. Il paraît important de souligner que tant que les cartes ne contiennent que des produits transport, l'attractivité est limitée et par conséquent, le risque reste limité. Les développements en direction des porte monnaies électroniques ouvrent d'autres portes et les cartes doivent alors présenter des caractéristiques de sécurité adhoc.
Bien que Mifare Classic puisse toujours faire l'affaire dans de nombreux domaines, qui peut aujourd'hui faire ce choix politiquement dangereux et être contraint de donner des explications pour le moins difficilies à faire digérer au quidam moyen?

Multimodalité, Transférabilité Tous les développements sont envisageables. Néanmoins, gardons les pieds sur terre et ne développons pas des usines à gaz pour le bien être de 1,256% des utilisateurs!
Impression Seule l'impression lors de la création de la carte peut avoir du sens. De nombreux réseaux n'impriment rien au moment de la vente.
Prix Très variable en fonction du type de puce qui est utilisée. Les premiers prix sont de l'ordre de 45 cents d'euros pour des cartes non imprimées avec un chip de type "mémoire".

Mifare Classic
Vous avez dit sécurité?

Mifare 1 pas sécurisé?
OYSTER en danger?
Historique

Au delà des cartes

Au delà des cartes, la technologie sans contact peut se décliner sous d'autres formes comme les jetons, les montres ou les téléphones mobiles. Ces différents supports vont répondre à des utilsations particulières, par exemple:

  • les jetons qui peuvent êtres recyclés vont pouvoir êtres utilisés pour porter des billets unitaires. Bien entendu, il faut que l'architecture de l'exploitation soit prévue pour traiter le recyclage qui n'est pas sans poser d'autres problèmes.
  • les montres s'adressent principalement aux enfants qui ont une fâcheuse tendance à perdre leur carte,
  • qu'en au téléphone mobile, quoi de plus naturel que d'ajouter une fonction de plus à un engin qui fait déjà tout ou presque.

Là encore, il est bon de rappeler que l'important est d'améliorer le service en se consacrant à la résolution des vrais problèmes du réseau. Si une fois l'essentiel résolu il reste de l'espace pour ajouter des éléments non indispensables alors pourquoi pas!

Quelques remarques de bon sens

Pour préserver une bonne ergonomie de transaction:

  • le temps de traitement de la carte doit être compris entre 250 et 300ms. Plus on ajoutera des fonctionnalités ou de la complexité dans le traitement, plus on augmentera le temps de traitement.
  • il est préferrable de ne pas utiliser plusieurs types de carte: ceci aura pour effet de ralentir la transaction.
  • la distance à laquelle le dialogue carte/lecteur devient possible ne doit pas être inférieur à 5 centimètres pour que le passager ne puisse pas avoir le temps de s'interroger sur ce qui se passe en posant sa carte sur le lecteur: on doit lui dire oui ou non de suite
  • le traitement doit rester excellent lorsque la carte est dans le portefeuille ou dans le sac à main. J'ai souvent constaté, lors de mes visites de réseaux, qu'il était nécessaire de présenter le portefeuille du bon côté pour que celà fonctionne : ce n'est pas très bon!

La sécurité du système est très importante et il ne faut pas que tout repose sur la seule sécurité du dialogue carte/lecteur. Des dispositifs de détection de la fraude sont nécessaires au niveau system: la pire fraude restant celle qui reste invisble.

La fiabilité de l'ensemble doit être excellente pour que les utilisateurs conservent leur confiance.

L'homogénéité des performances des équipements doit être excellente pour que le comportement des appareils soit toujours le même sur tous les points du réseau.

Des exemples en images

Oyster01

Londres (recto), Mifare

Oyster03

Londres (verso), Mifare

EZ_link

Singapore (recto), FeliCa & Mifare

EZ_link02

Singapore (verso), Felica & Mifare

HK01

Hong Kong, Felica

Navigo

Paris, Calypso

MasterCard

Carte bancaire + sans contact

Montreal

Montreal

Montreal

SKY TRAIN BANGKOK

Montreal

SKY TRAIN BANGKOK

Montreal

Carte recyclée SINGAPOUR

Montreal

Carte recyclée SINGAPOUR

Montreal

NEW SINGAPOUR Card (verso)

Montreal

NEW SINGAPOUR Card (recto)

Jeton FELiICA

Jeton, techno FelicA

Module montre

Module pour montre, techno FeliCa

Disp

Ticket sans contact jetable

 

 

ASK

ASK
Avec plus de 170 millions de produits sans contact distribués dans plus de 50 pays, ASK est un fournisseur mondial de produits sans contact. La gamme inclut des cartes sans contact, des tickets sans contacts et des étiquettes RFID adhésives
Dédiée à la technologie RFID, l’expertise d’ASK couvre le design des antennes, le dépose de puces, la production industrielle des produits RFID et des tickets et une garantie de performance au sein du système RFID complet.  L’ensemble de ces atouts permet aux intégrateurs de proposer à leurs clients un système RFID de qualité.

atmel

ATMEL
Un autre fabricant de semi conducteurs qui propose aussi des puces pour le sans contact. Atmel Corporation étudie et fabrique des micro contrôleurs et d'autres produits comme des circuits tactiles capacitifs, des ASICs, des mémoires non volatiles et des composants pour les applications radiofrequence.

BemroseBooth

BemroseBooth
Cette société est citée ici principalement pour ses billet sans contact jetables.

calmell

CALMELL GROUP
Crée en 1970, CALMELL a concentré ses activités sur les produits graphiques alliant aussi bien la production que le développement logiciel et hardware pour les domaines du contrôle d'accès, la sécurité et l'identification. Cette société fabrique des billets magnétiques et personnalise des cartes dont les cartes sans contact.

Calypso

CALYPSO
Paris, FRANCE CALYPSO est née de l’expérimentation faite du projet européen Icare, entre 1996 et 1998, et de l’intégration de la nouvelle technologie expérimentée dans un environnement multiservice (1998-2000). Le projet a été validé dans des contextes urbains différents : Constance, Paris, Lisbonne, Venise et Bruxelles ont, à ce jour, « participé » à la mise en oeuvre du projet. 26 partenaires (en France, Italie, Allemagne, Portugal et Belgique) issus du transport public, de la banque, du secteur des services et de laboratoires de recherche ont partagé leurs connaissances pour développer le projet CALYPSO.

EM microelectronic EM Microelectronic
Société qui fait partie du groupe SWATCH et qui fabrique des semi conducteurs et entre autres des puces pour les cartes sans contact. La société produit non seulement des ASICSs mais développe des solutions système et des modules pour des applications comme le contrôle d'accès, l'idendification, les téléphones portables, l'electroménager, les alarmes et la sécurité.
Felica

FeliCa par SONY
FeliCa est une technologie de carte sans contact développée par SONY. Comme la racine du nom, "félicité", le suggère, le système est né pour rendre la vie de tous les jours plus simple et plus pratique. La carte est résistante à la fraude et permet une transmission des données à haute vitesse en toute sécurité. La carte peut porter plusieurs applications de manière à satisfaire aux besoins du multiservice.

Fleish

FLEISCHHAUER
Avec une expérience de plus de 50 ans, cette société est un fabricant incontournable de documents pour l'identification automatique et de billets pour le contrôle d'accès. Grâce à une grande expérience du billet magnétique, des code-à-barre, du codage et des RFID, on peut compter sur leur savoir faire en matière de support de données transportable.
gemalto

Gemalto
Gemplus et Axalto créent Gemalto mi 2006. La société spécialisée dans la sécurité des transactions numériques et a une activité de fabrication de cartes à puce avec et sans contact. Ses références en matière de transport public concernent principalement la fabrication et la personnalisation des cartes.

hummel HUMMEL
Société Allemande spécialisée dans l'imprimerie qui propose des services de personnalisation de cartes et de billet sans contact jetable.
IdcardMarket IDcardMarket.com
Société américaine de distribution de tags RFID sous toutes les formes: cartes, billet, jetons, montres...
infineon

Infineon
Cette société fabrique des puces électroniques qui devront êtres encartées pour devenir la carte sans contact que vous avez peut-être déjà dans votre poche. Elle fait partie de la poignée de fabricants qui comptent dans ce domaine.
Avec 25 ans d'expérience dans les cartes à puce sécurisées, Infineon offre une large palette de contrôleurs sécurisés, mémoires sécurisées et autres semi conducteurs. Qu'il s'agisse d'identification des personnes ou des objets, du paiement électronique, du divertissement ou des communications, nous avons une solution pour chacune de ces applications.

 

magnadata MAGNADATA
Cette société est citée ici principalement pour ses billet sans contact jetables.
Melexis MELEXIS
Fabricant de semi conducteurs et en particulier de circuit intégrés pour l'interface du 13,56Mhz..
Mifare

MIFARE.net
C'est le pionnier de la carte sans contact pour le transport public qui a su rester N°1 avec plus d'un milliard de puces vendues tous types confondus.

nxp NXP, Founded by Philips
NXP est l'une des plus grandes sociétés mondiales de semi-conducteurs. Fondée par Philips il y a plus de 50 ans, la société a son siège en Europe et emploie 31 000 salariés dans plus de 20 pays. C'est le fabricant naturel des puces Mifare.
paragon PARAGON
Fabricant de titres magnétiques depuis plus de trente ans, cette société propose des services de personnalisation des cartes.
rcd RCD technology
Société américaine qui fabrique des tags RFID sous diverses formes. Pour le champ d'application qui nous intéresse ici: des cartes plastique et billets papier avec des puces de provenance diverses.
sagem

Sagem Orga
Société faisant de l'encartage et de la personnalisation.

Smatres SMARTRES
Société italienne, Smart Res fabrique des puces RFID suivant un processus original de fabrication.
ST STMicroelectronics
Société qui fabrique des semi conducteurs et entre autres des puces pour les cartes sans contact. Selon les données industrielles les plus récentes, ST est le cinquième fabricant mondial de semi conducteurs, et détient une position de leader dans plusieurs secteurs. STMicroelectronics a été créée en 1987 par la fusion de la société italienne SGS Microelectronics et de la société française Thomson Semi conducteurs.
VSK VANSKEE
Société d'origine Taiwannaise qui fabrique des cartes, des billets jetables et des jetons sans contact. Principale référence: SHANGAI.

 

 

 

 

 

 

 

 

>>> HAUT <<<

DTB Consult
12 Montée du SERRE
St GEORGES-LES-BAINS
07800 FRANCE
Tél:(33)951159838
Mobile FR +33670494873
Mobile AU +61488610593
Fax:(33)475609839
Mail:[email protected]